L’ARCHITECTURE

Daniel N'GUESSAN

Bonjour à tous!

Vous êtes sûrement un peu nombreux à vous poser la questionsuivante :

N’est-ce pas encore un énième article parlant d’architecture?

Que devons savoir de plus sur cette profession ?

Eh bien! soyez un peu indulgent envers moi, Il s’agit de mon tout premier article sur un blog. J’ai essayer de faire un peu d’historique afin de planter le décor de ce nouveau blog.

Mais rassurez vous, les prochaines thématiques toucheront des sujets d’actualité.

Je vous garantis que nous irons à la découverte de ce beau univers qu’est l’Architecture.

Let’s go!

QU’EST-CE QUE L’ARCHITECTURE?

Ce fut la première question que l’on m’adressa , lorsque je mis pour la première fois, les pieds dans une école d’architecture. je ne suis peut être pas le seul à avoir vécu cela

Ma réponsefut sans équivoque : eh ben !! Je ne sais pas! c’est la raison de ma venue ici, je…

Voir l’article original 622 mots de plus

SON HOMME

Elle lut la notification du nouveau message reçu par son homme. On pouvait y lire : « C’était très bon, tout à l’heure. Merci pour ce délicieux moment ». Elle reposa le téléphone et s’assit.

Une larme dégoulina sur sa joue droite, ensuite la gauche, elle les essuya du revers de la main, ne voulant pas qu’il la voit pleurer. Elle se demandait réellement pourquoi pleurait-elle ? Elle n’arrivait pas à expliquer ce sentiment qui l’envahissait.

Rentré quelques minutes avant, Rayan son époux, après le baiser d’arrivée , lui lança :

  • Toi, tu ne finiras jamais de m’étonner
  • Elle se contenta de sourire…
  • Attends que je prenne ma douche. On a des choses à se dire ma chère,
  • Ahahah , c’est là ta nouvelle manière de me dire combien je t’ai manqué

Elle se mit à ressasser ces années de vie commune, des moments heureux et malheureux vécues avec cet homme qu’elle aime et chéri tant. Se demandait-elle souvent ce qu’elle serait si elle ne l’avait pas rencontré, il y’a 17 années plus tôt.
A l’époque, elle était une fille innocente quand elle rencontra ce jeune étudiant qui dégageait une aura positive, toujours souriant et disponible pour les autres. Elle s’est éprise de sympathie et d’amitié pour lui. Le considérant comme un grand frère, surtout pour ses conseils avisés et sa disponibilité.

Ils s’étaient perdus de vue, deux années durant, jusqu’à ce qu’elle le voit en suggestions d’amis sur facebook. Sans hésiter, elle lui envoya une demande d’amis. Elle aime souvent dire à ce propos que facebook a contribué à son bonheur. Les échanges s’en suivirent jusqu’au vacances suivantes durant lesquelles, de son retour au pays, ils se revirent. De fil en aiguille, un rapprochement s’établit.

Devenu un homme élégant et soigné, Rayan préparait une carrière d’avocat. Il ne pouvait donc pas lésiner sur le style vestimentaire. Samira était amoureuse… elle l’apprit à ses dépens. Elle devenait nerveuse, sur la défensive et surtout jalouse quand elle le voyait discuter avec une autre femme.
Charmant, poli, et très attaché aux valeurs religieuses, elle se disait qu’un tel homme ne pouvait pas être célibataire. Y croire relèverait de l’utopie. Elle voyait dorénavant en lui, au delà de l’ami et frère qu’il était déjà, le père de ses futurs enfants. En Afrique, il est difficile et surtout déplacé pour une femme de faire des avances à un homme. Elle attendait les siennes. Quoique, elle usait de tous les moyens pour susciter en lui le désir de la vouloir pour épouse. Le stade de « petite sœur » était largement dépassé. Elle lui faisait donc des « appels de balles subliminaux ».
Ils avaient tous les deux, été victime de « goumin »*.Elle, éprouvée par un homme sublime de l’extérieur, vide à l’intérieur. Hypocrite et mesquin. Ensuite par des hommes qui ne la voulaient que pour du sexe. Blessée, elle finit par prendre du recul et se méfier. Lui, parti étudier à l’extérieur, a perdu son premier amour eu égard la distance. Il a eu du mal à s’en remettre surtout qu’elle s’était mise avec son ami.

Au cocktail d’une cérémonie de mariage, d’un ami commun, où ils étaient conviés ; ayant eu un moment à eux, il fit une ouverture taquine en demandant :

  • A quand ton tour, Samira ?
  • Il faut d’abord trouver le prince charmant !

Ils rigolèrent et papotèrent ensuite. Lui, qui hésitait et doutait de son célibat, venait d’avoir une réponse indirecte. Il lui raconta plus tard qu’en réalité il avait peur du « NON ».  Belle, intelligente et indépendante, il ne pensait pas qu’elle soit encore dans le célibat. Il réfléchissait aussi à comment serait leur relation après un refus.

Ils s’étaient tous les deux mis dans la « Friendzone »*.

Ballons, symbole d’amour

Heureusement qu’elle ne s’est pas faite prier quand il lui fit une proposition, le mariage fut célébré deux ans après. S’en sont suivis de purs moments de bonheur, sa délicatesse était un pur délice. Samira a fini par oublier son passé douloureux. Rayan l’avait encouragé à continuer et terminer ses études. La pression du monde du travail était telle qu’elle avait préféré abandonner son boulot pour éviter la dépression. Elle entreprit dans ce qu’elle aime, ainsi aujourd’hui elle est plus épanouie, libre et disponible pour sa famille.

Son mari n’était pas tout à fait un ange, ses côtés sombres existaient mais rien d’alarmant. Ce qu’elle avait de lui était satisfaisant ! Comme disait son père :

 » Le manquement d’un devoir à ton égard, ne t’autorise pas à en faire autant. Il faut en tirer de la sagesse.
Les Hommes ont tous des défauts. Mieux vaut plutôt s’attarder sur leurs qualités et les booster, Ils influeront sur les défauts « .

Rayan lui disait qu’elle était sa fée. Elle le galvanisait, savait trouver les mots qu’il faut pour qu’il n’abandonne pas facilement une affaire. Il disait, travailler pour s’occuper de sa princesse et de leurs trois enfants le remplissait de joie. Elle a contribué à le rendre meilleur, il lui était devenu impossible de faire quelque chose sans elle. Les difficultés, ils en avaient connu de toutes sortes, mariage difficile, perte d’emploi, décès de géniteur, un ami parti trop tôt, un enfant autiste, enfin bref ! Ils avaient été forts et présents l’un pour l’autre.
Elle préfère parler de ses joies. Les peines apportent la tristesse, elles sont aussi des leçons, un chemin vers l’humilité !

Occupé par les affaires, Rayan ne trouvait pas assez de temps pour sa mère. Ses visites étaient bimensuelles. Elle résidait dans une autre ville à proximité. Elle ne manquait de rien, avait connu la pauvreté, l’opulence est devenue sienne bien qu’elle eût encore du mal à s’y habituer. Maman était fière de son garçon. Sa présence lui manquait, pour rigoler, se taquiner, se chahuter. Leur relation était bien particulière, il a hérité de sa bonne humeur et sa simplicité !

Le message suivant fut « Je t’aime fort mon garçon, tu as une épouse formidable. Un coucou spécial à mes boud’chous »

Ses pensées s’interrompirent… Ces larmes qui avaient coulées exprimaient sa joie.

Samira, attendait que son époux finisse sa douche et prenne son thé à la menthe qui l’attendait. Ensuite, Rayan lui racontera les détails du dîner  » Mère-fils « . Elle, à son tour, comment s’y était-elle prise pour l’organiser.

Impatiente, elle se mit à spéculer. Elle prit un livre, l’ouvrit et sourit…

*DÉFINITION MOTS
Goumin: Chagrin d’amour, en argot ivoirien
Friendzone : Relation amicale entre deux personnes de sexe opposé, dont l’une est amoureuse de l’autre sans le lui l’avouer (Voir vidéo WilAime)

PS: Cet article est un challenge lancé par Aphtalcisse. qui consiste à rédiger un texte avec le premier paragraphe du présent article. Vous pouvez écrire votre version, le challenge est ouvert (threadtwitter) .

Lire aussi : Son homme de  Tchonte, Befoune, Stephane, Aphtal , Abdulbasit

RAMADAN, C’EST SIMPLE !

Chers ami(e)s, vous allez bien j’espère, à la faveur du ramadan on dira SALAM à tous !

A l’occasion du mois béni de Ramadan j’ai demandé aux personnes ayant des incompréhensions sur le jeûne de bien vouloir me les poser en question afin que je dissiper leurs soucis. Les questions viennent essentiellement de la part des non musulmans.

Ayant reçu de nombreuses questions, j’ai bien voulu faire l’article en deux parties pour éviter qu’il soit trop long et agaçant. Ci après la première partie.

1- Pourquoi Ramadan Moubarak, qu’est-ce que ça veut dire ?

« Moubarak » est de la racine du mot « Baraka » en arabe qui signifie « la bénédiction ».
Ramadan Moubarak est une manière de souhaiter un « bon ramadan » au musulman. L’on peut lui donner comme signification « Ramadan béni » ou « Que Dieu vous le bénisse ». Le « Ramadan Moubarak » sert aussi à souhaiter que le mois de ramadan se passe dans les meilleures conditions.

ramadaN KARREM

« Ramadan moubarak » est donc la formule à utiliser pour se souhaiter un bon mois de Ramadan. Certaines personnes utilisent “Ramadan karim”, les savants de l’islam s’accordent pour dire qu’elle n’est pas la formule adaptée.

2- Origine du jeûne musulman ?

Le jeûne du ramadan a été institué aux musulmans au 8e mois de  l’an 02 de l’Hégire. L’Hégire est l’émigration du prophète Mouhammad (paix et bénédiction d’ALLAH sur Lui) de la islamique.

« Oh les croyants ! On vous a prescrit as-Siyam comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété, » Sourate 2 Verset 183

A travers le verset précédent, les savants de l’islam sont unanimes que le jeûne du mois de ramadan n’est que suite et continuité de ce qui a été révélé aux autres peuples (juifs, chrétiens, etc…) sous diverses formes. Par exemple Daoud (David) (que la paix et le salut d’ALLAH soit sur Lui) jeunait un jour sur deux donc si on compte 356 jours dans l’année, il jeunait 178 jours.

3- Pourquoi beaucoup de musulmans se marient avant ramadan ?

En voilà une question, lol.
Il faut dire que le mois de ramadan est un moment pas trop facile à gérer pour les jeunes hommes célibataires, Ils éprouvent de la difficulté à bien se nourrir au sahour (repas de l’aube) et à l’iftar (moment de rupture). L’une des causes serait l’allègement de cela avec une épouse à leur côté. De ce fait quand un mariage est programmé et ils se retrouvent 1 ou 2 mois après ramadan, les conjoints préfèrent le faire bien avant.

Si vous en connaissez d’autres raisons, venez les exposer en commentaire…

MARIAGE

4- Les vertus du jeûne

Nous avons déjà signifié précédemment que le but est d’acquérir la piété (S2V183), les vertus tournent aux alentours de cela. Nous vous en citons quelques-unes ici

Le jeûne est un bon entrainement à la patience et à la persévérance. Il cultive la crainte d’Allah dans les poitrines et il est un rempart contre les péchés.

Grâce au jeûne, le fidèle apprend à dominer ses mauvaises pulsions car il réduit la circulation du sang, et par voie de conséquence, fait obstacle à Satan qui se déplace dans le corps par les voies sanguines.

Le siyâm attendrit le cœur et prédispose à l’évocation du Seigneur (dhikr). Il est à même d’entretenir un sentiment d’amour pour les bonnes œuvres et, en parallèle, de répulsion pour les péchés. C’est ainsi l’occasion d’avoir plus de compassion pour les pauvres, d’unir les musulmans et de mettre un terme aux divergences qui les déchirent.

5- Le jeûne et le maladif, la femme enceinte, le vieillard…

La personne incapable de jeûner de façon permanente comme la personne âgée ou atteinte d’une maladie incurable doit nourrir un pauvre pour chaque jour manqué.

La personne atteinte d’une maladie curable peut ne pas jeûner si la chose lui est trop difficile, mais elle doit récupérer ses jours manquants une fois rétablie.

La femme enceinte ou qui allaite peut s’abstenir de jeûner en raison de la grossesse ou de l’allaitement, qu’elle craigne pour elle-même ou son bébé. Elle doit cependant rembourser ses jours manquants une fois qu’elle n’a plus rien à craindre. D’autres savants disent qu’elle doit nourrir un pauvre par jour manqué. La question est large.

6- Les annulatifs du jeûne

Ces actes annulatifs n’invalident le jeûne qu’à 3 conditions :

1 – La science = savoir que cette chose annule le jeûne.
2 – La présence d’esprit = ne pas avoir oublié au moment où on commet l’acte.
3 – La volonté = vouloir commettre l’acte en sachant qu’il annule le jeûne, et ne pas le faire par contrainte.

6.1- Le rapport sexuel durant la journée avec son épouse du mois de ramadan.

C’est un grand péché qui vaut une expiation en plus de rembourser la journée de jeûne. L’expiation consiste à affranchir un esclave, ou jeûner 2 mois consécutifs (sans interruption). S’il en est incapable, il devra nourrir 60 pauvres.
En outre, les rapports intimes en dehors de la journée sont permis, c’est-à-dire, du moment de la rupture (iftar) au moment de prise du repas du matin (sahour).

6.2- L’éjaculation après masturbation ou suite à un baiser avec son épouse ou des attouchements. Un baiser sans risque d’éjaculation est permis.

6.3- Manger ou boire volontairement, ceci inclut toute absorption de nourriture, de boissons ou injections nourrissantes. Quant aux injections non nourrissantes, comme par exemple, une anesthésie locale, elles sont permises.

6.4- Extraire le sang du corps par ventouse ou tout autre moyen. Par contre, si le sang coule naturellement, par saignement du nez ou après extraction d’une dent, le jeûne reste valable.

6.5- Le vomissement volontaire

6.6- Les menstrues et les lochies, pour une femme en état de menstrues et de lochies, il est strictement interdit est dispenser de jeûner.

7- Le jeûne et le travail demandant un grand effort physique

Les seules personnes exemptes de jeûner sont le malade, le voyageur, la femme enceinte, celle qui allaite et celle qui a ses menstrues ou lochies. En dehors de ces personnes, le jeûne est obligatoire pour tout musulman pubère, sain d’esprit et qui en a la capacité physique.

Si une personne à une activité professionnelle difficile, le jeûne lui est quand même exigé. Si au cours de la journée elle perd de la force à tel point qu’elle s’affaiblit et à des risques sur sa santé, il lui est demandé de se nourrir pour ne pas porter atteinte à sa santé, quoiqu’elle remboursera ce jour après le ramadan.

 

La seconde partie traitera de l’hygiène corporelle du jeûneur, le jeûne et le soldat en guerre, le musulman jeûneur dans une société laïque, le non musulman dans un pays islamique , quelle cohabitation.

Vos apports, critiques, et questions sont les bienvenus, bien à vous et à bientôt !

SOYONS PROACTIFS ! 

Constatation évidente, il n’est pas rare de voir plusieurs personnes se plaindre toute l’année de certaines choses et on ne sait à qui ils en veulent, eux même ne le savent pas .

Ce constat, je l’ai fait sur ma propre personne et sur mon entourage.

Il faut s’en vouloir à soi même. La plupart d’entre nous jette le dévolu sur des choses externes pour justifier nos manques d’actions ou nos échecs. Bien sûr ce n’est jamais nous, ce sont les autres, le temps, l’argent,… qui nous ont empêché. Il faut arrêter cet état d’esprit et se poser les vraies questions.

En général, nous avons beaucoup de VOLONTÉ mais manquons d’ACTIONS. La volonté, la motivation est le premier pas pour le changement, c’est l’état d’esprit de vainqueur.

La bataille psychologique est la première étape à franchir en toute chose mais est-elle suffisante ? Je crois que NON !

Ne dit-on pas que  » Aide toi et le ciel t’aidera  »… Cette métaphore prend tout son sens ici.

Après la préparation psychologique il faut de l’action, bien sûr bien orientée. Sans action, nous n’arriverons à rien, nous serons des éternels rêveurs. Ce qui est bien dommage car nous n’arriverons jamais à nos fins et passerons notre temps à nous plaindre contre on ne sait qui ou quoi. 

L’action, elle aussi a besoin d’être orientée. Évitons de nous jeter dans le vide parce qu’il faut nécessairement agir. Une action mal orienté est une perte d’énergie et de temps.

Le temps est trop précieux pour le gaspiller, déjà même qu’il ne suffit pas. Aujourd’hui  » même le temps n’a pas le temps  », lol.

Vous verrez que depuis des années vous trainez des défauts, vous voulez changer des choses dans votre vie mais n’y arrivez jamais, vous êtes motivés pendant un moment et cela s’estompe, fini par disparaitre même, et c’est rebelote ! Le soucis, le plus souvent est que vous n’avez rien prévu pour changer, Vous avez seulement eu la volonté. Il faut savoir que « les mêmes causes produisent les mêmes effets », c’est pourquoi quelque chose doit changer dans vos manières. Il n’y a pas de formule ou de baguette magique. C’est vous la solution et la formule. Même au loto, on gratte la carte c’est une action au moins. AGISSEZ POUR TOUT FAIRE CHANGER OU DU MOINS FAIRE ÉVOLUER LES CHOSES.

Organisons nous, prenons le temps de définir notre plan d’action dans chacun des domaines de notre vie (famille, professionnelle, social, religieux,etc.)  dont nous voulons avoir un changement, une influence significative.

Après le plan d’actions, agissons et le tout sera joué.

Stephen Covey, appelle cela être  » Proactif  » dans son livre les  » 7 habitudes de ceux qui réussissent ce qu’ils entreprennent  ».

Soyons donc Proactifs, ne nous asseyons pas sur nos lauriers.

N’oubliez pas de me laisser un commentaire et votre expérience personnelle sur les points abordés. Bien à vous et à très bientôt !

Heureuse année à vous dans la santé et que l’épanouissement soit votre quotidien.

Galerie

I HAVE A DREAM… 

Je rêve d’une côte d’Ivoire où,

Beté n’est pas FPI ….

Nordiste (Senoufo, malinké, …) pas RDR…

Baoulé n’est pas PDCI…

Je rêve d’une côte d’Ivoire où,

Les considérations tribales sont bannies

L’iniquité, l’impunité à tout niveau disparaissent

La corruption diminue

Je rêve d’une côte d’Ivoire où,

Les « gnamros » ne font pas la loi

Les microbes ne sèment pas la terreur

Les forces de l’ordre sont disciplinés

Je rêve d’une côte d’Ivoire où,

L’éducation est une priorité, la priorité

L’intérêt de la patrie passe avant l’intérêt personnel

L’intellect prime sur le suivisme moutonnier

Je rêve d’une côte d’Ivoire où,

Les dirigeants soient au service du peuple

Les politiciens ne nous prennent pas pour un bétail électoral

La classe politique, tout bord confondu œuvre pour le développement du pays

Je rêve d’une côte d’Ivoire où,

La tolérance est l’ami de tous

La paix, l’apanage de chacun

Les cœurs s’unissent fraternellement pour la patrie

Je rêve, je rêve, je rêve…

J’en fais encore des rêves et nombreux sont ils …

Je me demande bien si je verrais ces moments !!!

 

Tous autant que nous sommes avons un rêve, celui d’un pays prospère et unifié. Apportons de ce fait, notre pierre à l’édification d’une société meilleure. Quittons dans les considérations tribales, ethniques, religieuses , politiques, elles ne nous mènent qu’à la division. Œuvrons aujourd’hui pour demain, laissons des lendemain meilleurs à nos cadets et nos progénitures.

Nous avons vécus beaucoup des moments difficile dans le passé, en tirer des leçons pour reconstruire notre beau pays et partir sur de nouvelles bases seraient judicieux pour notre avenir et devenir…